Le moustique japonais envahi le village de Natoye.

Le moustique japonais
envahi le village de Natoye.


Le moustique japonais (Aedes japonicus) est une espèce de moustique venue d'Asie. Il se développe en 4 étapes : l’œuf, la larve, la pupe et enfin le moustique adulte.



Une invasion limitée en Belgique.


Le moustique japonais a été détecté pour la première fois en 2002 dans le village de Natoye (Hamois) sur le site de stockage d'une une entreprise d'importation de pneus usagés. Il est le seul moustique exotique à avoir été détecté en Wallonie. Le moustique japonais se déplace peu, il ne parcourt généralement pas plus de quelques dizaines de mètres autour de son lieu de naissance.

Le moustique japonais est arrivé à Natoye à cause de pneus importés sur le site, ils contenaient probablement des œufs de moustiques qui ont du éclore une fois immergés.

Des actions de luttes menées dans la région en 2012 et 2013 ont permis de limiter la prolifération des moustiques japonais.



Quels risques présente le moustique japonais ?


Les moustiques japonais recensés en Belgique ne présentent pas de risques particulier, ils sont sains et ne sont porteur d'aucun virus. Leurs piqûres bien que légèrement plus douloureuse, ne doit pas être traitée différemment que celles de nos moustiques indigènes.



Comment éviter la prolifération des moustiques chez soi ?


Les moustiques (japonais ou non) pondent leurs œufs dans les eaux stagnantes (qui se développent en 10 à 20 jours). Voici une liste des principaux sites de ponte autour des habitations et la marche à suivre pour empêcher la prolifération des moustiques.


  1. Jouets et récipients en tous genres: veiller à ranger à l'abri de la pluie les pots, vases, brouettes, pneus, seaux et autres poubelles.

  2. Bassins et piscines d'extérieur: nettoyer* régulièrement les parois et évacuer minutieusement les feuilles mortes, utiliser un désinfectant (chlore, p.ex.) et installer un système de filtration et de recirculation de l'eau.

  3. Plantes en pot: mettre du sable dans les soucoupes des bacs à fleur et raisonner l'arrosage afin d'éviter l'eau stagnante.

  4. Fontaines, gamelles et abreuvoirs: changer l'eau et nettoyer* les récipients au moins une fois par semaine.

  5. Réservoirs d'eau de pluie: les couvrir avec un voile moustiquaire, un tissu ou un couvercle. Les vider et les retourner quand l'eau de pluie n'est pas utilisée.

  6. Gouttières, rigoles et toitures plates : veiller à une bonne évacuation de l'eau de pluie

    .
  7. Bâches de protection (bois de chauffage, p.ex.) : les disposer de manière à ce que l'eau de pluie s'écoule facilement et ne puisse former de flaques.

*Le nettoyage vise à éliminer les minuscules oeufs (0,5 mm) de moustiques pondus sur les parois. Il peut être réalisé à l'eau avec une éponge que l'on rincera régulièrement dans un seau. Après utilisation, l'eau de lavage sera préférentiellement éliminée à même le sol, sur du gravier ou une surface enherbée.


Source: biodiversite wallonie

 
  • climact
  • ocelec-security-systems-sa
  • netixis
  • sagas
  • itays
  • improve-consulting
  • cindy-roland-photographe
  • mimob-sa
  • hotel-piano2
  • dapesco-optimising-energy
  • materne
  • maniet-luxux
  • bcf-le-blicq
  • vauban-invest
  • colette-sa
  • total-philippeville
  • telemis-sa
  • quadrum-sa
  • code42
  • alternativ
  • geoenergie
  • iso-tech
  • progress-consulting
  • buror